Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Bouteille à boisson alcoolisée de forme « pot de fleur ». Vue généraleImage
Photo : Émilie Deschênes 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Bouteille à boisson alcoolisée de forme « pot de fleur ». Vue de profil du goulot et de la baseImage
Photo : Émilie Deschênes 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

CeEt-30 > Opération 47 > Sous-opération C > Lot 53 > Numéro de catalogue 2

Contexte(s) archéologique(s)

Latrines
Palais

Région administrative

Capitale-Nationale

MRC

Québec

Municipalité

Québec

Fonction du site

institutionnelle
industrielle
commerciale
domestique
militaire
commerciale : lieu de rassemblement, marché, auberge
technologique : forge, manufacture, distillerie, mine, four

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

La bouteille à boisson alcoolisée de forme « pot de fleur » fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'elle a été trouvée dans la fosse maçonnée des latrines occidentales du second palais de l'intendant à Québec. Elle témoigne de l'embouteillage et de la consommation du vin de qualité par les intendants de la Nouvelle-France établis à Québec durant le XVIIIe siècle.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

Cette bouteille à boisson alcoolisée est en verre de couleur vert foncé. De par sa base plus étroite que son épaule, cette bouteille est associée au modèle « pot de fleur » mis au point en France vers 1730.

En 1735, une proclamation du roi de France tente de régulariser le poids et la capacité des bouteilles afin de protéger la population des fraudes. Il est établi que les bouteilles doivent avoir un poids de 25 onces (737 grammes) et la capacité d'une chopine de France, soit 32 onces environ (900 ml). Les bouteilles d'une capacité faisant la moitié, le quart ou le double d'une chopine devaient avoir un format et un poids proportionnels. Cette bouteille avait une capacité estimée à 900 ml environ.

Ce type de bouteille servait à l'entreposage et au vieillissement du vin. Cette pratique aurait débuté en Angleterre au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle avant de s'imposer sur le continent, dont la France. L'embouteillage du vin permettait non seulement d'en prolonger la durée de vie, mais aussi d'en bonifier le goût. Le vin aurait été conservé dans cette bouteille. Il se peut toutefois que d'autres boissons, alcoolisées ou non, y aient été conservées.

Ce type de bouteille aurait été entreposé couchée sur le côté. Cette façon de faire permettait de conserver le bouchon humide, empêchant ainsi l'air de pénétrer dans la bouteille et d'en altérer le contenu. Elle aurait été fermée par un bouchon en liège d'un diamètre de 1,4 cm environ. Il se peut que le goulot ait été scellé au moyen de cire pour protéger le contenu du contact avec l'air ambiant et, ainsi, en assurer la préservation.

Bien que cet artéfact provienne d'un contexte archéologique daté entre 1768 environ et 1775, il est possible que cette bouteille ait été importée dans la colonie avant 1759, à l'époque durant laquelle le palais est occupé par un intendant français. Compte tenu de sa forme, cette bouteille a pu être acquise et utilisée par les intendants Gilles Hocquart (1729-1748) ou François Bigot (1748-1759). Il est cependant plus probable qu'il s'agisse de Hocquart, comme le suggère la datation des artéfacts de l'époque française retrouvés dans le fond de la fosse des latrines. Il semble improbable que cette bouteille ait été acquise par des officiers de l'armée britannique logeant au palais entre 1759 et 1775, car l'importation en Angleterre de vin en bouteille de l'étranger fut interdite de 1727 à 1802.

Le plan du second palais dessiné en 1715 indique la présence, dans les caves du bâtiment, d'une cave à vin et à bière. Il se peut que cette bouteille ait été conservée longtemps, même vide, dans les caves du palais, car la réutilisation des contenants en verre pour l'embouteillage du vin était fréquente à l'époque.

Cette bouteille est mise au jour en 2005. Elle provient des latrines du second palais de l'intendant à Québec, qui est construit de 1715 à 1719. Des latrines extérieures, aménagées sur deux étages, sont ajoutées près des flancs extérieurs des avant-corps latéraux ouest et est en 1721 ou 1722. Elles sont munies chacune d'une fosse maçonnée et voûtée et sont reliées au palais par des passerelles fermées.

Incendié en 1725, alors que seuls ses murs, voûtes et cheminées sont conservés, le palais est reconstruit en 1726.

Le second palais sert de résidence à quatre des intendants de la Nouvelle-France établis à Québec : Michel Bégon de la Picardière (1710-1724), Claude-Thomas Dupuy (1726-1728), Gilles Hocquart (1729-1748) et François Bigot (1748-1759).

À la suite de la reddition de la ville de Québec à l'armée britannique en septembre 1759, le second palais sert de quartiers à divers régiments de l'armée. L'armée britannique déserte le palais à l'automne 1775, lors du siège de Québec par les troupes américaines. Celles-ci investissent le palais pour quelque temps, avant d'en être chassées par les bombes tirées sur l'édifice par les artilleurs anglais. Le palais est alors incendié et ne sera jamais reconstruit.

RÉFÉRENCES

ALYLUIA, Jeanne, Pierre R. BEAUDET et Jane E. HARRIS. Récipients en verre du XVIIIe siècle, site Roma, Île-du-Prince-Édouard/Verre de bouteille recueilli dans les latrines de la réserve militaire du fort George, Ontario/Verrerie mise au jour au fort Anne en N.-É.. Histoire et archéologie, 45. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, Parcs Canada, 1981. 205 p.
AUGER, Réginald, dir., Allison BAIN, dir., Nathalie GAUDREAU, Vincent LAMBERT, Caroline MERCIER et Étienne TASCHEREAU. Site du palais de l'intendant : chantier-école de l'an 2005. Cahiers d'archéologie du CÉLAT, 32. Québec, CÉLAT, 2010. 546 p.
BARTON, Kenneth James et E. Ann SMITH. Terres cuites grossières provenant de la forteresse de Louisbourg/Verre datant présumément du premier siège de Louisbourg. Ottawa, Direction des lieux et des parcs historiques nationaux, Parcs Canada, 1981. 275 p.
BOSSCHE, Willy Van den. Antique glass bottles : their history and evolution (1500-1850). Woodbridge, Antique Collector's Club, 2001. 439 p.
L'ANGLAIS, Paul-Gaston. Les modes de vie à Québec et à Louisbourg au milieu du XVIIIe siècle à partir de collections archéologiques. Collection Patrimoines, série Dossiers, 86. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1994. s.p.
LAPOINTE, Camille. Le verre des latrines de la maison Perthuis. Les collections archéologiques de la place Royale, 52. Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1981. 206 p.
PARENT, Caroline. L'hygiène personnelle des membres de l'élite administrative française au XVIIIe siècle : étude des objets de l'hygiène contenus dans les latrines ouest du second palais de l'intendant à Québec (CeEt-30) (1719-1759). Québec, Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine/Université Laval, 2011. 66 p.
SAVAGE, George. Glass and glassware. Londres, Octopus Books, 1973. 128 p.