Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Fragment de pot à beurre ou de contenant. Face externeImage
Photo : Hendrik Van Gijseghem 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Fragment de pot à beurre ou de contenant. Face interneImage
Photo : Hendrik Van Gijseghem 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Fragment de pot à beurre ou de contenant. ProfilImage
Photo : Hendrik Van Gijseghem 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

BjFj-101 > Opération 10 > Sous-opération A > Lot 22 > Numéro de catalogue 1514

Contexte(s) archéologique(s)

Cour intérieure
Fort

Région administrative

Montréal

MRC

Montréal

Municipalité

Montréal

Fonction du site

commerciale : poste de traite
religieuse
militaire
domestique
entreposage
halte, lieu de surveillance
agricole
institutionnelle
commerciale

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

Le fragment de pot à beurre ou de contenant fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'il a été trouvé dans la cour intérieure du fort de Ville-Marie.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

Ce fragment de pot à beurre ou de contenant en grès grossier est une partie d'un objet fabriqué en France. La surface externe du fragment est de couleur brun foncé et laisse apparaître de petites inclusions blanches, tandis que sa surface interne est de couleur gris très foncé. Le fragment est pourvu d'une lèvre et constitue donc le rebord d'un contenant. Ce contenant a été fabriqué au tour de potier.

La production de grès débute en France au XIVe siècle et se poursuit jusqu'au XXe siècle. Les formes évoluent peu à partir du XVIIe siècle. La vitrification de cette céramique s'obtient par une cuisson à 1300 degrés Celsius.

Le contenant en grès sert à la conservation et à l'entreposage d'aliments solides. L'objet dont faisait partie ce fragment était de grand format, de forme cylindrique et à parois droites. Il était pourvu d'une petite anse verticale. Avec son col et son embouchure larges, d'un diamètre du rebord de 20 cm environ, ce contenant convenait parfaitement pour l'entreposage d'aliments solides, dont du beurre. S'il contenait du beurre, il s'agissait probablement de beurre salé, dont la conservation était prolongée grâce au sel. Ce modèle de contenant, soit un pot, un sinot ou une jarre, est rare en Nouvelle-France. Le mot « sinot » est d'ailleurs synonyme, dans le nord de la France, de « pot à beurre ». Un sinot large de 24 cm à l'embouchure peut mesurer 54 cm de hauteur.

Le contenant a pu être importé de France rempli de son contenu original, puis conservé en vue d'une réutilisation ultérieure. Par ailleurs, trois grands pots à mettre du beurre sont inventoriés en 1702 dans une maison de Place-Royale, à Québec. Ce fragment a pu faire partie d'un objet similaire.

Ce fragment a été mis au jour en 2008 sur le site du fort de Ville-Marie, à Montréal. Ce fort est construit en 1642, agrandi en 1643 et abandonné à partir de 1665, à la suite du départ de Paul de Chomedey de Maisonneuve, l'un des fondateurs de Ville-Marie. Le contenant d'origine a été cassé en de nombreux fragments, comme en témoigne le petit format du tesson trouvé, le seul de ce type découvert dans la cour intérieure du fort. Cette fragmentation semble volontaire, car un contenant en grès est résistant.

Un rebord de contenant similaire en grès a également été mis au jour sur le site de la maison Chinique, à Québec.

RÉFÉRENCES

BÉLANGER, Christian et Brad LOEWEN. Fouilles archéologiques dans l'îlot Callière à Montréal, BjFj-101. Rapport d'activités 2006. Rapport de recherche archéologique [document inédit], MCCQ/Ville de Montréal/Université de Montréal, 2008. 144 p.
BERTAUX, Jean-Jacques. De l'usuel à l'inutile : poterie de Normandie XVIIIe-XXe siècles [Exposition 11 juin-18 octobre 1993, Musée de Normandie, Caen]. Thonon-les-Bains, L'Albaron, 1993. 134 p.
BRESC-BAUTIER, Geneviève, dir. Le quartier du Louvre au XVIIe siècle : archéologie du Grand Louvre. Les dossiers du musée du Louvre, 59. Paris, Réunion des musées nationaux, 2001. 206 p.
CHRESTIEN, Jean-Pierre et Daniel DUFOURNIER. « Frenh stoneware in north-eastern north America ». HOOK, Duncan R., dir. et David R. M. GAIMSTER. Trade and discovery : the scientific study of artefacts from Post-Medieval Europe and beyond. British Museum Occasional paper, 109. Londres, British Museum, 1995, p. 91-103.
CHRESTIEN, Jean-Pierre et Daniel DUFOURNIER. « Les grès béarnais au Canada ». BOURGOIN, Jean, dir. et Jacqueline CARPINE-LANCRE, dir. L'aventure maritime, du golfe de Gascogne à Terre-Neuve : [actes du 118e Congrès national annuel des sociétés historiques et scientifiques, Pau, octobre 1993]. Paris, Éditions du CTHS, 1995, p. 251-269.
DÉCARIE, Louise. Le grès français de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 46. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1999. 132 p.
HÉBERT, Thérèse-Marie. Les potiers de Martincamp [Exposition juillet-octobre 2012, Musée municipal de Lillebonne]. Lillebonne, Thérèse-Marie Hébert, 2012. 96 p.
ICKOWICZ, Pierre. « Martincamp ware : a problem of attribution ». Medieval Ceramics, Journal of the Medieval pottery Research group. Vol. 17 (1993), p. 51-60.
L'ANGLAIS, Paul-Gaston. « Tome 4, volume 1 : Regards sur la vie des gouverneurs (1620-1834) ». CLOUTIER, Pierre, dir., Michel BRASSARD, Manon GOYETTE, Jacques GUIMONT et Paul-Gaston L'ANGLAIS. Fouilles archéologiques aux Forts et Châteaux Saint-Louis (1620-1871). Rapport de recherche archéologique [document inédit], Parcs Canada, 2012, s.p.
MOUSSETTE, Marcel et Françoise NIELLON. L'Habitation de Champlain. Collection Patrimoines, série Dossiers, 58. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1985. 531 p.