Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Bille. Côté AImage
Photo : Julie Toupin 2019, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Bille. Côté BImage
Photo : Julie Toupin 2019, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

CeEt-14 > Opération 2134-35 > Numéro de catalogue 13

Contexte(s) archéologique(s)

Indéterminé

Région administrative

Capitale-Nationale

MRC

Québec

Municipalité

Québec

Fonction du site

militaire

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

La bille a été sélectionnée pour la collection archéologique de référence du Québec, car il s'agit d'un objet généralement relié aux jeux d'enfants. La bille est par ailleurs le type d'objet relié à l'enfance le plus représenté dans les collections archéologiques historiques du Québec. Cet artéfact a aussi été choisi parce qu'il est associé à la catégorie des billes en porcelaine. La bille présente également un intérêt pour son décor peint de type « bull's eye », ayant permis de la dater plus précisément. Finalement, cette bille a contribué à l'élaboration d'une typologie présentée dans une publication traitant des jeux et jouets de Place-Royale.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

La bille est fabriquée en Allemagne et importée en Amérique entre les années 1850 et 1910 environ. De forme sphérique, cette bille entière est faite de porcelaine blanche peinte d'un décor composé de trois paires de cercles diamétralement opposés rouges, verts et bruns. Ce décor, de type « bull's eye », permet de dater la production de la bille plus précisément, puisque ce type de bille se retrouve habituellement dans des contextes archéologiques datés des années 1850. La bille est issue d'une fabrication semi-industrielle : l'argile est façonnée en petits rouleaux à l'aide d'un tube, puis est découpée en boulettes. Celles-ci sont ensuite arrondies par la rotation d'un moule en plâtre, puis cette bille est enduite d'une glaçure incolore avant d'être cuite. Une deuxième cuisson, à basse température, suit l'application du décor peint.

La bille est généralement utilisée dans le cadre des jeux d'habileté pour les enfants. Le principe de base des jeux de billes consiste à lancer un projectile afin d'atteindre ou d'éviter une cible, à partir d'un point de départ défini au préalable. La bille sert également à l'occasion d'objet-enjeu, c'est-à-dire pouvant être pariée, risquée, gagnée, ou encore échangée. La bille peut aussi faire partie des jeux de stratégie des adultes, telles les dames chinoises. La glaçure presque complètement désagrégée ainsi que les pertes de peinture par endroits sur le décor peint indiquent l'usure de la bille, causée lors de son utilisation dans le cadre d'un jeu ou lors de son ensevelissement.

À Place-Royale, les billes sont utilisées dès le XVIIIe siècle dans différents jeux d'adresse et de stratégie. Les billes en pierre perdent de leur popularité à partir de 1870 avec l'arrivée massive sur le marché des billes en terre cuite, en porcelaine et en verre.

La bille est mise au jour entre 1970 et 1980 sur le site de la Batterie Royale, à Québec, dans le cadre de la restauration du secteur Place-Royale.

RÉFÉRENCES

CARSKADDEN, Jeff et Richard GARTLEY. « A Preliminary Seriation of 19th-Century Decorated Porcelain Marbles ». Historical Archaeology. Vol. 24, no 2 (1990), p. 55-69.
MARIER, Christiane. Les menus objets de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 95. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1996. 529 p.
RENAUD, Louise et Katherine TREMBLAY. Les jeux et les jouets de Place-Royale. Collection Patrimoines, série Dossiers, 65. Sainte-Foy, Québec, Publications du Québec, 1999. 212 p.
SILVA, Haydée. « Éléments pour une étude historique des billes et des jeux de billes ». Plus Editions SAS. LeWebPédagogique [En ligne]. lewebpedagogique.com/jeulangue/files/2011/01/Billes.pdf