Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Perle. Vue à l'horizontale, côté AImage
Photo : Émilie Deschênes 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Perle. Vue à l'horizontale, côté BImage
Photo : Émilie Deschênes 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Perle. Vue du trou d'enfilageImage
Photo : Émilie Deschênes 2018, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

DcEs-1 > Opération 3 > Sous-opération T > Lot 4 > Numéro de catalogue 1

Contexte(s) archéologique(s)

Habitation, maison
Poste

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

La perle fait partie de la collection archéologique de référence du Québec, car elle est représentative du type WIIIb issu de la typologie établie par Kidd et Kidd en 1972, avec un décor non décrit dans la typologie, d'où l'attribution du type WIIIb*. Elle est entière et en bon état de conservation. Elle représente un type de perles produit en Europe entre le 17e et le XXe siècle.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

La perle de verre de type WIIIb* (selon la typologie élaborée par Kidd et Kidd en 1972) est fabriquée par enroulement. Cette technique de fabrication est en pratique depuis l'Antiquité, mais ce type-ci est produit principalement entre le XVIIe et le XXe siècle. La technique de l'enroulement nécessite de fabriquer les perles une par une. Un fil de verre est préparé et chauffé à la température voulue. Le verre est enroulé autour d'un fil de métal préalablement recouvert de craie, d'argile, ou d'une substance semblable permettant de retirer plus facilement la perle. Il est possible d'ajouter autant de fils de verre que voulu.

Le décor a été appliqué à la main par l'artisan à partir de cannes de verres blanc opaque, bleu cobalt transparent et aventurine lors de la fabrication de la perle. Le verre aventurine est inventé au XVIIe siècle par les artisans verriers de Murano, en Italie. Ce verre est particulièrement difficile à fabriquer et demande une très grande connaissance et une technicité des artisans. Il est en conséquence très recherché et très coûteux. À partir du XIXe siècle, divers centres de verriers en Europe, notamment à Venise, en France et en Allemagne, réussissent à en fabriquer avec plus ou moins de réussite.

Les perles de verre sont utilisées par les Européens au Québec principalement pour les échanges avec les Autochtones, eux-mêmes s'en servant comme monnaie d'échange ou comme parure (bijoux, vêtements, etc. ). Les perles de verre sont également arborées par les Européens en Europe et au Québec pour la parure et pour la décoration sous forme de bijoux, de broderies, de décorations sur des chandeliers, etc.

L'artéfact est mis au jour le 25 juin 2016 sur le site du poste de traite de Chicoutimi, dans un niveau correspondant à la construction de la maison du commis (daté du milieu du XVIIIe siècle).

Des perles similaires, provenant certainement de Venise et datées du milieu du XIXe siècle, sont présentes dans un catalogue du British Museum, à Londres.

RÉFÉRENCES

KIDD, Martha Ann et Kenneth E. KIDD. « Classification des perles de verre à l'intention des archéologues sur le terrain ». RICK, John H. Travaux d'archéologie du Service des lieux historiques nationaux, 1962-1966. Lieux historiques canadiens : cahiers d'archéologie et d'histoire, 1. Ottawa, Direction des parcs nationaux et des lieux historiques, Ministère des affaires indiennes et du Nord, 1972, p. 47-92.