Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Canon du midi. Côté AImage
Photo : Julie Toupin 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Canon du midi. Côté BImage
Photo : Julie Toupin 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

DiDt-8 > Opération 10 > Sous-opération L > Lot 2 > Numéro de catalogue 66

Contexte(s) archéologique(s)

Épave

Région administrative

Côte-Nord

MRC

Manicouagan

Municipalité

Baie-Trinité

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

Le canon du midi fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'il est associé à l'épave du navire « Elizabeth and Mary » (1690), site sur lequel il a été trouvé lors des fouilles subaquatiques.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

Ce canon du midi miniature, en laiton ou en bronze, est cylindrique et sa bouche est ovoïde.

Il se retrouve sur certains cadrans solaires horizontaux à partir du XVIIe siècle. Le canon miniaturisé reproduit les canons du midi dont disposent certains ports à l'époque pour marquer l'heure du midi. Avant l'apparition du chronomètre de marine mis au point par le Britannique John Harrison entre les années 1740 et 1760, c'est au moyen du cadran solaire mobile que les navigateurs déterminent l'heure et peuvent estimer la longitude.

En alignant parfaitement le cadran dans l'axe nord-sud avec une boussole, le mouvement du soleil peut être observé précisément grâce à l'ombre projetée sur le plan du cadran par le gnomon, ou style. La table du cadran comporte des graduations correspondant aux heures diurnes.

Le canon doit être chargé de poudre noire tous les jours. Environ une cuillère à thé de poudre est déposée dans la bouche du canon, puis poussée vers l'amorce avec une baguette, ou repoussoir, et un soupçon de poudre est déposé sur la lunette. Ce cadran dispose d'une loupe, dont l'angle est réglé selon les saisons. Lorsque le soleil atteint l'azimut, les rayons se concentrent par la lunette vers la lumière du canon, ce qui enflamme la poudre et provoque une détonation. Ce canon vise donc à marquer l'heure du midi et permet à ceux qui ont une montre de l'ajuster.

Ce canon du midi a été découvert dans l'épave du « Elizabeth and Mary », un navire ayant fait naufrage en 1690 après le siège de Québec par sir William Phips. L'épave a été trouvée au fond de l'anse aux Bouleaux, à Baie-Trinité, dans la région de la Côte-Nord. Ce siège, entrepris en octobre par les autorités coloniales du Massachusetts, se solde par un échec de la flotte anglaise.

Le canon du midi marque le temps sur le navire. Il reproduit un canon à chargement par la bouche de la marine anglaise au XVIIe siècle, ou bouche à feu.

RÉFÉRENCES

MAYALL, Margaret W. et R. Newton MAYALL. Sundials: their construction and use. Mineola, Dover Publications, 2000. 253 p.