Laboratoiree d'archéologie du Québec
< RETOUR À LA RECHERCHE
Fourchette. FaceImage
Photo : Émilie Deschênes 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal
Fourchette. DosImage
Photo : Émilie Deschênes 2017, Creative Commons 4.0 (by-nc-nd) Pointe-à-Callière, Cité d'archéologie et d'histoire de Montréal

LOCALISATION

PROVENANCE ARCHÉOLOGIQUE+

Provenance archéologique

DiDt-8 > Opération 10 > Sous-opération M > Lot 2 > Numéro de catalogue 375

Contexte(s) archéologique(s)

Épave

Région administrative

Côte-Nord

MRC

Manicouagan

Municipalité

Baie-Trinité

ÉVALUATION D'INVENTAIRE+

La fourchette fait partie de la collection archéologique de référence du Québec parce qu'elle est associée à l'épave du navire « Elizabeth and Mary » (1690), site sur lequel elle a été trouvée lors des fouilles subaquatiques. Elle témoigne de la présence de membres de l'aristocratie coloniale à bord du navire. De plus, il s'agit de l'une des premières fourchettes trouvées en Amérique du Nord.

SYNTHÈSES ET RÉFÉRENCES+

Synthèse historique

La fourchette est un ustensile lié à l'alimentation. Elle est faite de trois tiges de laiton recouvertes d'étain, lesquelles sont torsadées pour former la soie. Sur cette partie torsadée se trouve également un fil d'argent. Chaque fil de la soie est recourbé à l'extrémité pour former un trèfle. Les trois dents, légèrement courbes, sont martelées, aplaties et effilées. La soie et l'extrémité en forme de trèfle sont également martelées.

La fourchette est un ustensile de table qui permet de piquer les aliments et de les porter à la bouche sans les toucher avec les doigts. Les fourchettes peuvent avoir de deux à quatre dents. Celle-ci en compte trois.

La fourchette fait son apparition dès le XVe siècle en Europe dans les milieux aristocratiques, mais elle n'apparaît en Amérique du Nord qu'au début du XVIIIe siècle. Cependant, dès l'Antiquité, de grandes fourchettes permettent de saisir les aliments qui cuisent dans les chaudrons. Toutefois, leur usage se limite à la préparation et au service. C'est dans l'Empire byzantin que la fourchette de table apparaît. Son usage se répand en Italie vers 1060 à la suite du mariage de la fille de l'empereur byzantin Constantin Doukas avec le doge de Venise Domenico Selvo. En Italie du Nord, les pâtes se mangent à la fourchette et cet usage se répand en France sous Henri III dans le troisième quart du XVIe siècle. L'usage de la fourchette répond à des usages bien spécifiques, soit pour manger des pâtes ou encore des fruits confits. À la fin du XVIIe siècle, l'usage de la fourchette devient plus commun au sein de l'aristocratie européenne. C'est à la même époque que la fourchette fait son apparition sur les tables de la noblesse coloniale en Amérique du Nord.

Cette fourchette a été découverte en 1997 lors des fouilles subaquatiques menées dans l'épave du « Elizabeth and Mary », un navire britannique ayant sombré en 1690 lors du siège de Québec par William Phips. L'épave a été trouvée au fond de l'anse aux Bouleaux, à Baie-Trinité, dans la région de la Côte-Nord.

La présence de cette fourchette à bord du « Elizabeth and Mary » à l'époque même où l'usage de cet ustensile se répand au sein de l'aristocratie européenne témoigne de la rapidité avec laquelle les modes se diffusent de l'Europe vers l'Amérique. Plus encore, cette fourchette, tout comme d'autres artéfacts luxueux tels qu'une broche et un rasoir en argent, reflète la présence de membres de l'aristocratie coloniale à bord du navire.