Fort de Ville-Marie
INTERROGEZ > Fort de Ville-Marie

La céramique du Sylvicole supérieur :
des récipients aux styles variés, marqueurs d’identité culturelle

Roland Tremblay

Les populations habitant le Nord-Est de l'Amérique du Nord commencent à fabriquer des récipients en terre cuite il y a environ 3 millénaires. Puisqu’elle se préserve bien à travers le temps, la céramique laisse sa marque dans la documentation archéologique. Les archéologues font même de cette innovation technologique l'élément clé d'une grande période chronologique : le Sylvicole. Après des débuts sobres, la poterie gagne en importance et devient un élément majeur de la culture matérielle des groupes qui amorceront plus tard des changements sociaux majeurs : une subsistance axée de plus en plus sur de la production alimentaire, soit l’horticulture du maïs, des haricots et des courges, et une occupation du territoire caractérisée par la sédentarité et la présence de villages ou de bourgades comprenant plusieurs familles qui y vivent à l’année. Ce sont ces changements qui définissent le Sylvicole supérieur (à partir d'environ l'an 1000 de notre ère jusqu'à la colonisation européenne).

Durant ces quelque 6 siècles, la production céramique connaît des transformations au niveau des techniques et du style. La moins grande mobilité de certains groupes entraîne certaines modifications dans la fabrication et l'utilisation des vases. De gros volumes auparavant évités en raison d'une plus grande fragilité sont désormais plus fréquents alors que certains vases serviront à l'entreposage. Des vases dédiés à la cuisson répétée des aliments peuvent maintenant passer leur vie entière auprès du même feu. Les techniques de fabrication s'améliorent au point que certains groupes toujours nomades abandonnent leurs propres productions au profit de poteries de meilleure qualité, acquises chez les groupes plus sédentaires. Des variantes régionales, principalement décoratives, deviennent de plus en plus marquantes et cette variabilité augmente également au sein même des communautés.

Dans le sud du Québec, la vallée du Saint-Laurent est à cette époque occupée par des gens de la famille linguistique iroquoienne. Ils forment une entité culturelle que l'on nomme les Iroquoiens du Saint-Laurent. Leur tradition céramique se développe au cours du Sylvicole supérieur au point de devenir l'une des plus expressives de l'univers iroquoien au chapitre de la décoration. Parallèlement, d'autres nations iroquoiennes ont également leurs propres traditions céramiques. C'est le cas des Hurons-Wendat qui habitent alors dans le sud de l'Ontario et dont on retrouve la céramique le long des routes commerciales qui pénètrent loin au nord de la vallée du Saint-Laurent. Tant les Iroquoiens du Saint-Laurent que les Hurons-Wendat sont des sociétés villageoises qui cultivent le maïs, les haricots et les courges. Leur production de céramique s'inscrit dans une continuité et un contact constant avec le reste du monde iroquoien où se partagent des éléments communs dont des traditions céramiques particulières (comme les traditions Owasco et Pickering). Enfin, plusieurs groupes de langues algonquiennes ont aussi des traditions de production céramique, dont certaines productions se retrouvent également sur le territoire du Québec actuel. C'est le cas des groupes encore nomades habitant au nord des Grands Lacs, qui possèdent leur propres productions céramiques (traditions Laurel et Blackduck) dont on retrouve des traces en Abitibi par exemple. Vers le milieu du Sylvicole supérieur, ces traditions disparaissent et laissent complètement place à la poterie obtenue par échange avec leurs voisins méridionaux, en l'occurrence les Hurons-Wendat.

La Collection archéologique de référence du Québec propose un échantillon représentatif de la production céramique dans le temps et l'espace. L'archéologie québécoise permet de révéler la diversité des styles ainsi que les fonctions et usages multiples de ces récipients, utilisés tant pour la cuisson que l'entreposage ou le transport, avant que l'introduction des chaudrons métalliques et de la vaisselle européenne ne vienne les remplacer à jamais.

ARTÉFACTS DE CETTE FAMILLE
Céramique
Fragment de récipient en céramique de type « Lalonde High Collar » (poterie huronne-wendat, produite entre l’an 1400 et 1500 de notre ère) lors de sa découverte sur le site Ruisseau Jourdain (CcFr-1), Grand lac Nominingue, Laurentides.
Photo © Roland Tremblay, 2017.